Cyrano De Bergerac

Contents:
Author: Edmond Rostand

Scene 3.I.

Ragueneau, la duegne, puis Roxane, Cyrano, et deux pages.

RAGUENEAU:
. . .Et puis, elle est partie avec un mousquetaire!
Seule, ruine, je me pends. J’avais quitte la terre.
Monsieur de Bergerac entre, et, me dependant,
Me vient a sa cousine offrir comme intendant.

LA DUEGNE:
Mais comment expliquer cette ruine ou vous etes?

RAGUENEAU:
Lise aimait les guerriers, et j’aimais les poetes!
Mars mangeait les gateaux qui laissait Apollon:

—Alors, vous comprenez, cela ne fut pas long!

LA DUEGNE (se levant et appelant vers la fenetre ouverte):
Roxane, etes-vous prete?. . .On nous attend!

LA VOIX DE ROXANE (par la fenetre):
Je passe
Une mante!

LA DUEGNE (a Ragueneau, lui montrant la porte d’en face):
C’est la qu’on nous attend, en face.
Chez Clomire. Elle tient bureau, dans son reduit.
On y lit un discours sur le Tendre, aujourd’hui.

RAGUENEAU:
Sur le Tendre?

LA DUEGNE (minaudant):
Mais oui!. . . (Criant vers la fenetre):
Roxane, il faut descendre,
Ou nous allons manquer le discours sur le Tendre!

LA VOIX DE ROXANE:
Je viens!

(On entend un bruit d’instruments a cordes qui se rapproche.)

LA VOIX DE CYRANO (chantant dans la coulisse):
La! la! la! la!

LA DUEGNE (surprise):
On nous joue un morceau?

CYRANO (suivi de deux pages porteurs de theorbes):
Je vous dis que la croche est triple, triple sot!

PREMIER PAGE (ironique):
Vous savez donc, Monsieur, si les croches sont triples?

CYRANO:
Je suis musicien, comme tous les disciples
De Gassendi!

LE PAGE (jouant et chantant):
La! la!

CYRANO (lui arrachant le theorbe et continuant la phrase musicale):
Je peux continuer!. . .
La! la! la! la!

ROXANE (paraissant sur le balcon):
C’est vous?

CYRANO (chantant sur l’air qu’il continue):
Moi qui viens saluer
Vos lys, et presenter mes respects a vos ro. . .ses!

ROXANE:
Je descends!

(Elle quitte le balcon.)

LA DUEGNE (montrant les pages):
Qu’est-ce donc que ces deux virtuoses?

CYRANO:
C’est un pari que j’ai gagne sur d’Assoucy.
Nous discutions un point de grammaire.—Non!—Si!—
Quand soudain me montrant ces deux grands escogriffes
Habiles a gratter les cordes de leurs griffes,
Et dont il fait toujours son escorte, il me dit:
’Je te parie un jour de musique!’ Il perdit.
Jusqu’a ce que Phoebus recommence son orbe,
J’ai donc sur mes talons ces joueurs de theorbe,
De tout ce que je fais harmonieux temoins!. . .
Ce fut d’abord charmant, et ce l’est deja moins. (Aux musiciens):
Hep!. . .Allez de ma part jouer une pavane
A Montfleury!. . . (Les pages remontent pour sortir.—A la duegne):
Je viens demander a Roxane
Ainsi que chaque soir. . . (Aux pages qui sortent):
Jouez longtemps,—et faux! (A la duegne):
. . .Si l’ami de son ame est toujours sans defauts?

ROXANE (sortant de la maison):
Ah! qu’il est beau, qu’il a d’esprit, et que je l’aime!

CYRANO (souriant):
Christian a tant d’esprit?. . .

ROXANE:
Mon cher, plus que vous-meme!

CYRANO:
J’y consens.

ROXANE:
Il ne peut exister a mon gout
Plus fin diseur de ces jolis riens qui sont tout.
Parfois il est distrait, ses Muses sont absentes;
Puis, tout a coup, il dit des choses ravissantes!

CYRANO (incredule):
Non?

ROXANE:
C’est trop fort! Voila comme les hommes sont:
Il n’aura pas d’esprit puisqu’il est beau garcon!

CYRANO:
Il sait parler du coeur d’une facon experte?

ROXANE:
Mais il n’en parle pas, Monsieur, il en disserte!

CYRANO:
Il ecrit?

ROXANE:
Mieux encor! Ecoutez donc un peu: (Declamant):
’Plus tu me prends de coeur, plus j’en ai!. . .’ (Triomphante, a Cyrano):
He! bien?

CYRANO:
Peuh!. . .

ROXANE:
Et ceci: ’Pour souffrir, puisqu’il m’en faut un autre,
Si vous gardez mon coeur, envoyez-moi le votre!’

CYRANO:
Tantot il en a trop et tantot pas assez.
Qu’est-ce au juste qu’il veut, de coeur?. . .

ROXANE (frappant du pied):
Vous m’agacez!
. . .C’est la jalousie. . .

CYRANO (tressaillant):
Hein!. . .

ROXANE:
. . .d’auteur qui vous devore!
—Et ceci, n’est-il pas du dernier tendre encore?
’Croyez que devers vous mon coeur ne fait qu’un cri,
Et que si les baisers s’envoyaient par ecrit,
Madame, vous liriez ma lettre avec les levres!. . .’

CYRANO (souriant malgre lui de satisfaction):
Ha! ha! ces lignes-la sont. . .he! he! (Se reprenant et avec dedain):
mais bien mievres!

ROXANE:
Et ceci. . .

CYRANO (ravi):
Vous savez donc ses lettres par coeur?

ROXANE:
Toutes!

CYRANO (frisant sa moustache):
Il n’y a pas a dire: c’est flatteur!

ROXANE:
C’est un maitre!

CYRANO (modeste):
Oh!. . .un maitre!. . .

ROXANE (peremptoire):
Un maitre!. . .

CYRANO (saluant):
Soit!. . .un maitre!

LA DUEGNE (qui etait remontee, redescendant vivement):
Monsieur de Guiche! (A Cyrano, le poussant vers la maison):
Entrez!. . .car il vaut mieux, peut-etre,
Qu’il ne vous trouve pas ici; cela pourrait
Le mettre sur la piste. . .

ROXANE (a Cyrano):
Oui, de mon cher secret!
Il m’aime, il est puissant, il ne faut pas qu’il sache!
Il peut dans mes amours donner un coup de hache!

CYRANO (entrant dans la maison):
Bien! bien! bien!

(De Guiche parait.)

Contents:

Related Resources

None available for this document.

Download Options


Title: Cyrano De Bergerac

Select an option:

*Note: A download may not start for up to 60 seconds.

Email Options


Title: Cyrano De Bergerac

Select an option:

Email addres:

*Note: It may take up to 60 seconds for for the email to be generated.

Chicago: Edmond Rostand, "Scene 3.I.," Cyrano De Bergerac in Cyrano De Bergerac Original Sources, accessed September 20, 2019, http://www.originalsources.com/Document.aspx?DocID=QCK8UYVAK1SRSX3.

MLA: Rostand, Edmond. "Scene 3.I." Cyrano De Bergerac, in Cyrano De Bergerac, Original Sources. 20 Sep. 2019. www.originalsources.com/Document.aspx?DocID=QCK8UYVAK1SRSX3.

Harvard: Rostand, E, 'Scene 3.I.' in Cyrano De Bergerac. cited in , Cyrano De Bergerac. Original Sources, retrieved 20 September 2019, from http://www.originalsources.com/Document.aspx?DocID=QCK8UYVAK1SRSX3.